Moret-sur-Loing

  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing
  • Moret sur Loing

Crédit photos de Nathalie Demeire et Tessa Green




La cité médiévale de Moret-sur-Loing nous réserve bien des surprises entre les portes de Bourgogne et porte de de Samois que je vous invite à découvrir lors de cette visite conférence.

En 1120, Louis VI fait édifier le donjon royal. Moret-sur-Loing devient donc un point d’appui important du pouvoir royal face aux comtes de Champagne qui tiennent Montereau. Louis VII entreprend sur l’emplacement d’un édifice roman, la construction de l’église Notre Dame que poursuit son fils Philippe Auguste. C’est à ce roi que l’on doit les premières fortifications en pierre de la ville. Elles remplacent des fortifications plus anciennes qui étaient en bois. Moret-sur-Loing a donc une place stratégique très importante. La frontière qui sépare la Champagne du domaine royal est à moins d’une lieue. Ce rôle stratégique ne sera perdu qu’en 1361 lorsque la Champagne rejoint définitivement le domaine royal.

Ces rois aimaient séjourner dans leur « maison royale » du donjon, entourés des officiers de la Couronne. Après la Renaissance leurs successeurs délaissent les bords du Loing pour la forêt de Bière et le château de Fontainebleau.

C’est aussi l’histoire de Jacqueline de Bueil, jeune maîtresse de Henri IV et leur fils légitimé Antoine de Bourbon, repentie et mariée au marquis de Vardes. Elle fonde en 1638 le couvent de bénédictines qui deviendra Abbaye Royale en 1755 avant d’être transférée près de Provins en 1782.

Deux portes fortifiées de 12e siècles, une Vierge à l’enfant du 16e siècles, des inscriptions en latin, des façades Renaissance et beaucoup de noms célèbres de l’histoire seront évoqués lors de cette visite, pour votre plaisir de la découverte. Entre les maisons Raccolet et Chabouillé, le donjon, les moulins, l’Eglise Notre Dame ou la Maison du Sucre d’orge il y a toujours une histoire à raconter, un détail à ne pas manquer souvent lié à un personnage célèbre.

Où dormait Nicolas Fouquet prisonnier pendant son procès ? La Mauresse de Moret, était-elle de la famille du Roi Soleil ? Comment l’Empereur Bonaparte, fugitif de l’Ile d’Elbe choisit Moret-sur-Loing pour une nuitée avant de reconquérir le pouvoir, et comment la recette secrète du premier « bonbon » de l’histoire toujours fabriqué ici, le Sucre d’Orge est parvenu jusqu’à nos jours.

Entre anecdotes historiques et faits divers, nous allons traverser plusieurs siècles d’histoire, entrainés par le même charme qui attira ici au 19e siècle Alfred Sisley, le plus fidèle des Impressionnistes aux principes fondateurs de ce courant.

Accès par le train au départ de Gare de Lyon à Paris, station d'arrivée : "Moret-Veneux-les-Sablons". 45 minutes Accès par la route : par l'autoroute A6 sortie Fontainebleau, par l'autoroute A5, ou bien la Nationale 6 à partir de Fontainebleau (distant de 10 km).

Lieu de rendez-vous : Devant l'Office de Tourisme, 4Bis Place de Samois, 77250 Moret-sur-Loing